Cycle de vie du développement logiciel (Qu’est-ce que le SDLC ?)
18-08-2021

Qu’est-ce que le cycle de vie du développement
logiciel ( SDLC ) ?

 

Le cycle de vie du développement logiciel (Cycle de vie d’un projet informatique) fait référence à la conception, le développement et le test des logiciels de qualité optimale. SDLC (plus clairement Software Development Life Cycle), définit le cycle complet de développement. En d’autres termes, le SDLC conjugue les différentes opérations faisant partie de la planification, la création, le test et le déploiement de n’importe quel produit logiciel.

Dans ce qui suite, on vous détaille le fonctionnement de SDLC ainsi que ses différentes étapes. Nous vous présentons également les différents modèles SDLC pour mieux comprendre comment ils fonctionnent.

Cycle de vie du développement logiciel (Qu’est-ce que le SDLC )

Quelles sont les phases du cycle de développement logiciel ?

Le cycle de vie du développement logiciel se définit comme l’enchaînement des étapes produisant des logiciels de la plus haute qualité et des coûts les plus bas dans un laps de temp.s extrêmement réduit

SDLC pourvoit un flux d’étapes bien structurées. Celles-ci aident une institution quelle conque à produire rapidement un logiciel de haute qualité. Il sera aussi bien testé et prêt à l’emploi.

En matière de développement logiciel, le SDLC se détaille comme suit :

les phases du cycle de développement logiciel

1. Analyse des besoins

A cette phase, les concepteurs commencent par identifier, rassembler et définir les problèmes, les exigences, les demandes et les attentes des clients actuels liés au produit logiciel. Cela implique la récolte des commentaires des différentes parties concernées, y compris les clients, les vendeurs, les professionnels de l’industrie et les programmeurs. Cela donne aux équipes travaillant dessous la prévoyance et le contexte nécessaires pour livrer et produire leurs solutions logicielles.

 

2. Planification

À cette étape, l’équipe détermine le budget et les ressources nécessaires pour la réalisation des exigences analysées sans oublier de vérifier les risques encourus. L’équipe fournit aussi les plans nécessaires pour dépasser ces risques. De cette façon, la faisabilité du projet est bien étudiée. L’équipe se charge ainsi de réfléchir à la meilleure façon de mettre en œuvre le projet avec succès.

 

3. Conception de logiciels

Lors de cette étape, la transformation des spécifications du logiciel en un plan de conception, est lancée. Ce dernier est appelé spécification de conception. Les concepteurs prennent des décisions de conception logicielle concernant l’architecture de la solution logicielle. Cela implique la création de documents de conception, de directives de codage et de discussion sur les outils, les pratiques, les environnements d’exécution ou les cadres qui aident l’équipe à répondre aux spécifications et exigences logicielles et aux objectifs définis lors de la phase de collecte des exigences. Lors de cette étape, il faut avoir un plan fonctionnel permettant d’incorporer les commentaires des parties prenantes dans ces documents, après leur collecte.

 

4. Développement de logiciels

A ce stade du SDLC, l’équipe de développement construit les solutions logicielles en fonction des décisions de conception prises. Des responsables techniques et chefs de projet sont responsables du déblocage du processus, la prise de décisions et l’assistance techniques. Cette étape du travail se termine une fois que les équipes ont packagé et construit leur code.

 

5. Test

A cette étape, une implémentation logicielle est conditionnée et testée pour garantir la qualité. Des tests sont effectués pour garantir que les solutions mises en œuvre répondent aux normes de qualité et de performance. Cela peut impliquer ou bien des tests unitaires, des tests d’intégration et de bout en bout, une vérification ou une validation ainsi que le rapport ou l’identification des erreurs ou de défauts dans la solution logicielle.

 

6. Déploiement

Cela signifie de déployer le logiciel dans l’environnement de production. Les utilisateurs pourront ainsi commencer à l’utiliser.

 

7. Maintenance

L’objectif de cette phase SDLC est de s’assurer que les besoins continuent d’être satisfaits et que le système continue de fonctionner conformément aux spécifications mentionnées dans la première phase. Après la phase du déploiement, ainsi que l’utilisation en premier temps, par les clients, voici ce qui se produit :

* Correction des erreurs signalées suite à des circonstances non prévues et non testés ;

* Actualisation des fonctionnalités de l’application pour une meilleure adaptation aux versions récentes du logiciel.
* De nouvelles options ajoutées

Besoin d’un développement « sur mesure » ?

Quels sont les différents modèles de cycle de vie de développement logiciel (SDLC) ?

 

Pendant le processus de développement logiciel, les experts se chargent du suivi des modèles de cycle de vie de SDLC conçus. Chacun de ces modèles passe par différentes phases, s’adaptant à son type. Ceci permet d’assurer le succès du processus de développement logiciel en sa globalité.

Voici les modèles SDLC les plus connus :

Modèle en spirale cycle developpemnt logiciel

1. Modèle de cascade

Considéré comme le modèle, à la fois le plus ancien et le plus simple de tous, ce modèle se divise en plusieurs phases. Chaque phase a son propre plan et commence après la précédente. Le résultat de la première phase représentera le point d’entrée de la phase d’après. Ce modèle nécessite beaucoup de documentation qu’on peut trouver facilement, à chaque phase, au niveau de la phase antérieure.

Seulement il faut faire attention à un point. Tous les détails, même les plus petits, doivent être complétés. Le cas échéant, l’ensemble du processus sera retardé.

 

 2. Modèle itératif

Ici, c’est la répétition qui est à l’honneur. En effet, lors de ce modèle SDLC, les concepteurs développent une version rapide et pas chère pour, ensuite, l’améliorer au fur et à mesure des tests, par d’autres versions, elles aussi rapides et successives. Ce modèle a un principal inconvénient est qu’il peut consommer rapidement des ressources s’il n’est pas contrôlé.

 

 3. Modèle en spirale

C’est le modèle le plus flexible parmi les modèles SDLC. Il est similaire au modèle itératif en mettant l’accent sur la répétition. Au départ, les développeurs planifient les différentes étapes, conçoivent le logiciel et le construisent, avant de le tester, au final.

A chaque passage, de nouvelles améliorations sont apportées.

On peut considérer que le modèle en spirale est une combinaison réussie des avantages des modèles de prototypage et celui en cascade (rapidité et simultanéité dans les activités de conception et de développement).

Modèle en spirale cycle developpemnt logiciel

4. Modèle -V

Dans ce type de modèle SDLC, les différentes phases sont planifiées en parallèle. Les phases de vérification du logiciel et de sa validation se font parallèlement, en simultané.

 

5. Modèle Big Bang

Il s’agit d’un modèle à haut risque. Sans avoir nécessairement besoin de planification au préalable, ce modèle SDLC concentre toutes ses ressources au développement.

Cependant, l’étape de définition approfondie des exigences ne s’y trouve pas, contrairement aux autres méthodes. Les exigences sont mises en œuvre lorsqu’elles se présentent et fonctionnent mieux pour les petits projets mais aussi ceux académiques.

L’équipe de développement doit être de petite taille même si dans ce modèle, les exigences sont inconnues tout comme la date de sortie finale.

 

6. Modèle incrémentiel

Il s’agit de plusieurs cycles, révisés en cascade, avec des exigences partagées en groupes dès le début du projet, tout en suivant le développement planifié du logiciel. Le processus de cycle de vie SDLC se répète, et à chaque répétition s’ajoutent de nouvelles fonctionnalités jusqu’à ce que toutes les exigences soient remplies. Dès que le modèle incrémental est modifié, les cycles de développement se chevauchent automatiquement. En effet, il est tout à fait possible qu’un cycle commence avec que le précédent ne soit terminé.

 

 

Quels sont les avantages du SDLC ?

Le cycle de vie du développement logiciel est utile pour permettre le plus haut niveau de contrôle de gestion et de documentation. Ainsi, les développeurs comprennent leurs tâches et leur utilité. Les différentes parties fixent ensemble un objectif dès le départ et tracent le plan adéquat pour y parvenir.
Les principaux avantages de l’utilisation du SDLC sont les suivants :

  • ✔ Réviser à la baisse le coût du développement logiciel
  • Améliorer la qualité des logiciels fournis par l’organisation
  • ✔ Raccourcir les délais de développement en empêchant les corrections après coup
  • ✔ Aider les développeurs à mieux comprendre ce qu’ils construisent et pourquoi
  • ✔ Veiller à ce que toutes les parties prenantes aient à donner leur avis dès les premières étapes du développement
  • ✔ Donner à tous les membres de l’équipe de développement une compréhension des coûts et des ressources nécessaires pour mener à bien le projet.

Quels sont les inconvénients du SDLC ?

En plus des avantages, le SDLC présente certains inconvénients :

  • ✔ Réduire la communication et la collaboration entre les départements: Étant donné que SDLC est un modèle linéaire et que l’organisation ne passe pas à l’étape suivante tant que l’étape en cours n’est pas terminée, cette approche peut avoir pour effet de créer des silos d’informations.
  • ✔ Ne pas permettre beaucoup de flexibilité : Un modèle SDLC peut rendre une organisation trop dépendante du processus.
  • ✔ Créer un point de défaillance unique dans les premiers stades : L’équipe définit l’ensemble du plan de développement du produit en fonction de la collecte et de l’analyse des besoins initiaux. Cependant, cette première phase peut conduire à un échec du produit si l’équipe n’évalue pas correctement les besoins du marché.

Vous voulez un logiciel sur mesure pour des besoins métiers spécifiques ?

Pour résumer

Pour qu’un projet réussisse, il est primordial de respecter le cycle de vie déjà tracé.

Il est en effet possible de tomber sur différents modèles de cycle de vie de développement logiciel. Chaque modèle présente un certain nombre d’avantages et d’inconvénients. Quel que soit le projet que vous visez, les exigences, la complexité du système, la taille, le budget… sont tant de facteurs déterminant du meilleur modèle SDLC à choisir.

4.7/5 - (19 votes)
Articles récents
API vs microservices : quelles différences ?

API vs microservices : quelles différences ?

API vs microservices : Quelle est la différence ?Les APIs et les microservices constituent des concepts différents qui posent des problématiques variées tout en ayant toutefois, des objectifs communs et un mode de fonctionnement similaire sur la base des mêmes...

Articles similaires
API vs microservices : quelles différences ?

API vs microservices : quelles différences ?

API vs microservices : Quelle est la différence ?Les APIs et les microservices constituent des concepts différents qui posent des problématiques variées tout en ayant toutefois, des objectifs communs et un mode de fonctionnement similaire sur la base des mêmes...

# Tags
Vous cherchez une agence informatique pour vos projets de développement web ?

Euro Tech Conseil met à votre disposition une expertise de 22 ans dans le domaine de développement web et un groupe d’experts pour la réalisation de toutes vos solutions web sur-mesure.